3.4.21

Miguel de Valencia, en España

 

Amanecer en Valencia

(Desde una torre).

 

Estas rachas de marzo, en los desvanes

- hacia al mar - del tiempo; la paloma

de pluma tornasol, los tulipanes

gigantes del jardin, y elsol que asoma,

 

bola de fuego entre morada bruma,

a iluminar la tierra levantina…

 

¡Hervor de leche y plata, añil y espuma,

y velas blancas en la mar latina!

 

Valencia de fecundas primaveras

de floridas almunias y arrozales,

feliz quiero cantarte como eras :

  

domando a un ancho río en tus canales,

al dios marino con tus albuferas,

al centauro de amor con tus rosales

 

La guerra (1936 -1937), Antonio Machado

Editotial Espasa-Calpe, Madrid, 1937

  
 

Aube sur Valence

 

Ces rafales de mars dans les mansardes

du temps - vers la mer; la colombe

au plumage tournesol, les tulipes géantes

du jardin, et le soleil qui se découvre,

 

boule de feu dans la brume mauve,

et rend lumineuse la terre levantine...

bouillonnement de lait et d'argent, d'écume et d'azur,

et des voiles blanches sur la mer latine!

 

Valence aux printemps féconds,

pays de vergers fleuris et de rizières,

Heureux je suis, je veux chanter ton passé,

 

Toi qui dompte une large rivière dans tes canaux,

le dieu marin dans tes lagunes

et le centaure d'amour dans tes rosiers.

 

Antonio Machado

Traduit de l’espagnol par Jacinto-Luis Guereña

In, «  Anthologie bilingue de la poésie espagnole contemporaine »,

Editions Gérard et Cie (Marabout Université), Verviers (Belgique),1969

 


21.3.21

We, the people


"Définition d'un couvre-feu" 

Un couvre-feu est une interdiction à la population de circuler dans la rue durant une certaine période de la journée, qui est généralement la nuit et tôt le matin. Elle peut être appliquée en temps de guerre ou de paix. Elle est ordonnée par le gouvernement ou tout responsable d'un pays, d'une région ou d'une ville sans consulter l’opinion des citoyens qui n’ont d’autre choix que celui de subir cette aberration.

 



19.3.21

TROISIÈME CONFINEMENT / THIRD LOCKDOWN


 Du jour au lendemain, une énième punition gouvernementale est tombée,
 éradiquant toute initiative, toute vie privée, 
et anéantissant tout notre travail à la boutique LES DERNIERS TRAPPEURS à Paris, 
et ce, pour au minimum un mois.
Si vous avez un rendez-vous parisien avec moi, 
merci de vous rapprocher par mail avec moi (lionel.fahy at gmail.com)

Je vais tatouer en avril sur rendez-vous en Vendée.
 Si vous êtes intéressé(e)s, à nouveau, envoyez-moi un message avec vos coordonnées et des détails concernant votre projet!

Merci


Hello,
Paris is under a third lockdown for a minimum of one month. 
It means our shop LES DERNIERS TRAPPEURS is once again closed. 
If you have to contact me for a new appointment or anything else, 
please write me (lionel.fahy at gmail.com)
 
I will be tattooing on april near Nantes in the west part of the country.
Thank you





6.3.21

mai ens aturaran, mai ens callaran, mort a l’estat feixista!

 

 

« mai ens aturaran, 

mai ens callaran, 

mort a l’estat feixista! 

mort a l’estat feixista!”, 

 

which means “they will never stop us, they will never shut us up, death to the fascist state! death to the fascist state! »in the Catalan language]

The rap singer from Lleida (Catalonia) Pablo Hasél being arrested for the lyrics of his songs and the content of his tweets. He has been sentenced to 2 years, 4 months and 15 days of prison for “glorifying terrorism” and “insulting the [Spanish] monarchy” according to the Spanish judicial system.

Spain is the country in the world with the most artists sentenced to jail (source: The state of artistic freedom 2020, FreeMuse).
More than Turkey, more than Iran, more than China. Spain, and disproportionately national minorities (Catalans and Basques). And the European Union allows it.

3.3.21

Je suis les mille vents qui soufflent, Je suis le scintillement des cristaux de neige, Je suis la lumière qui traverse les champs de blé, Je suis la douce pluie d’automne, Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin, Je suis l’étoile qui brille dans la nuit!

 






  

"...Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir
Absent de mon corps, présent avec Dieu!
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer!
Je ne suis pas là, je ne dors pas!
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit!"

21.2.21

propos pulpeux.

 

Une petite anecdote de tatoueur, 

un maquillage raté, 

un bon moment en tous cas! 

On s'est bien marrés, déguisé en lune!..

13.2.21

DATES 2 0 2 1

 

2021:
DATES DISPONIBLES A PARIS
DATES AVAILABLE IN PARIS

NO GUEST SPOTS, NO TATTOO CONVENTIONS.
 
PARIS, LES DERNIERS TRAPPEURS.
À PARIS, TOUT AU LONG DE L'ANNÉE, CHEZ LES DERNIERS TRAPPEURS...


 
JUIN / JUNE:
16, 17, 18, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 27, 28, 29

JUILLET / JULY:
10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18

SEPTEMBRE / SEPTEMBER:
19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26

OCTOBRE / OCTOBER:
19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28
 
NOVEMBRE / NOVEMBER:
 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25
 
DECEMBRE / DECEMBER:
7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14




LES DERNIERS TRAPPEURS, PARIS, FRANCE:

First come, first served.
One appointment a day.
If you are already a customer, 
please send a picture of the tattoo we did 
with your request.

booking/contact: lionel.fahy@gmail.com

Merci de votre patience.
Thank you for your patience.


Graduate from the Institute of Visual Arts, Orleans, France, 

Lionel FAHY has been dispensing an eminently illustrative style for the past 20 years,
making him one of the French ‘Avant-garde’ style leaders.

His clients travel from all over the world for his unique and pioneer style 
that doesn’t fit any of the classic tattooing standards. 
His signature is minimalist and stylized. 
He now divides his time between painting and tattooing 
after having travelled the world. 
He is a co-founder of the Parisian tattoo shop ‘Les Derniers Trappeurs’ (LDT).

LDT, 6 passage de Ménilmontant, 75011 Paris, France.


booking/contact: lionel.fahy@gmail.com


24.1.21

ATC TATTOO ENGLISH VERSION


OUTSIDE THE BOX WITH LIONEL FAHY

Text: Stefayako / Photos: Slaine Grew, Visuals : Lionel Fahy

 

To read the full article, please click here!


Being the black sheep doesn't scare Lionel Fahy. His nickname "Out of step", a nod to a Minor Threat album, is proof of this. Lionel Fahy is an artist on the move. In turns musician, tattooist, painter and visual artist, he multiplies means of expression to distil his artistic energy. A minimalist and falsely simplistic style that borrows a lot from children's poetry. No need to make him fit into a too narrow box because his creativity blossoms in diversity. Co-founder and resident tattooist of Les Derniers Trappeurs in Paris, he devotes the other part of his time to his artistic duo AGAMFAHY that he forms with his wife Tal Agam. They bring together dreams and travels to create installations combining painting, sound and embroidery on a social topics background. 


 

 

Road trip

Music preceded tattooing in Lionel Fahy's career, at least professionally. "I started tattooing at the age of 15. I was the one who knew how to make punk faces, the one who tattooed punks. " If he put the tattoo aside for a while, it was to devote himself to it later.
Lionel spent ten years on the road with his punk band Portobello Bones. "It was difficult because we were nobody and we were making a style of music that wasn't very well accepted in the early 90s. We were in big lifestyle utopias. " He has many roles: singer, guitarist, manager. He was also in charge of concerts booking, label, promoting the band in a fanzine or a radio show. A very full life.  



"At the time, we didn't have internet at home, it's almost Neolithic. We worked by telephone, fax and put stamps on envelopes. There were very few publications on tattooing. Any American import magazine, we looked at them with a magnifying glass, we were like mad trying to understand how to make a coloured eagle or an Indian head. That's where I come from. " Travel is the best way to build a good tattoo culture. We are far away from the Instagram era with artists from all over the world at our fingertips. Thanks to his concert tours, he met tattoo artists in each city to learn more. "I knew it was a job where you weren't welcome. It was difficult to find the right equipment. They tell you that you can't, that it's forbidden, that you don't have the right. So, of course, I want to be part of it. »
And it's precisely during his tours that he crosses Yann Black's road. Both passionate about music and tattoo, they became friends and share their good practices. Yann already had an advanced technique and an innovative trait of his own that quickly found his audience. Then Rafto from Utopia in Poitiers helped Lionel becoming a professional tattoo artist. 


 

From music to tattoo he kept the road trip side. Always travelling, always on the road. Sedentary life makes him tense. He nevertheless tries it twice by opening a tattoo shop, notably in Nantes. But he decides to hit the road again and take advantage of the international network and the links he has built up during his guests.
Passionate about tattoo History, Lionel decides to travel and learn from the greatest. He met Mentawaï in Indonesia, Dayak on Borneo island, New Zealand and Japan. "It was a real will to be part of this clan of tattoo artists and a thirst for knowledge. There have been some very strong moments when some masters offer you their tools because they appreciate what you do and that you can transmit this ancestral art. It's very touching. »  



Les Derniers Trappeurs's opening in Paris with Roberto Dardini and Adrien Boettger marks a turning point: the end of travel for tattooing. It is from now on the only address to be tattooed by Lionel Fahy. There reigns a not feigned family and friendly atmosphere in this shop. The friendship that binds the residents is palpable for the customers and offers an intimate, warm and friendly welcome. "With Roberto, we've been working together for 15 years. Above all, we are great friends. There was a desire to have a place where we feel really good. We dreamed of having a place of our own. "Les Derniers Trappeurs is 210 m² in the heart of Paris and a titanic work to make this place welcoming and cosy. A real home base for this inveterate traveller. A place to work in optimal conditions and to meet friends. 


 

Anticonformism

For Lionel Fahy, tattooing is a vocation. A powerful passion to surpass oneself and break prejudices. "I come from an environment where tattooing was very taboo. We didn't have the right to draw on ourselves. It reminded us of the concentration camps. I knew people who had numbers on their forearms. And also people who had just come out of prison or who had been in the legion. »
It is not a ban that frightens him. Quite the contrary. It has only fanned the budding flame. "We have arrived a little bit out of step in terms of style and culture. I think we had a certain freshness and innocence that we were able to transmit. That's why now we recognize a French touch in tattoo. Illustrative side didn't exist at all when I started. »  



Having the freedom to express oneself is vital. A strength and an opportunity. "I believe that everything I can do as a human being is because we all have a great need to express ourselves. Not all of us are lucky enough to be able to do so, we are not necessarily listened to or seen. " His means of expression are multiple. It goes through drawing, painting or music. Like an introspection in the depths of oneself. But voices diversity is not always welcome : " it is very difficult in France to be accepted as a tattooist, plastic artist, musician and painter. It is not normal. You must necessarily be in one and only one box. »
Plurality has always been important among Les Derniers Trappeurs. Trying to express oneself through illustration or painting allows to come back to tattooing. It liberates creativity and feeds imagination. Searching for other sources of energy boosts the practice of tattooing because it is by going out of one's comfort zone that can renew oneself.

 


 

The perfect line

At first glance, one might wonder why using "Out of step" nickname. He tells us "when I had my shop in Nantes, it was called " Out of step " and it comes from Minor Threat album, an American band that I loved. They had this stupid cover where you had a black sheep outside the herd. I thought it was really funny so I painted the whole shop window with a lawnmower and some sheep. It didn't work at all, it was a fiasco! " In his shop, there was no flash catalogue. Each tattoo has to be unique. That was the deal. Taking time with the customer, knowing his personal story and transcribing it together through the design. There is no way to tattoo on a chain, it doesn't match to his vision of life and human relationships. "I don't make drawings to be reproduced X times on people's skin, I'm not interested. »
It must be said that graphic style has not always been well received in tattoo world. Often quoted as one of the precursors of this innovative and affirmed style alongside Yann Black, Jean-Luc Navette or Topsi, Lionel Fahy arrived on tattoo scene with a different cultural background from other tattoo artists of the time. Trained in art school and nourished in museums and exhibitions of all kinds, always testing new supports of expression. More an art school style than biker in short.  



Acceptance path of this style has been long and difficult. He had to persevere, put food on the table without losing sight of his ultimate dream of one day living from his art: "I received threats from people who wrote to me that they would break my hands. I even got death threats from a shop in Texas saying it wasn't tattoo! " This complicated period lasted about 8 years. He sometimes asks himself "What did I do wrong? Why does people react so violently when I draw birds? I draw things that are relatively gentle, there is no violence in what I do. Whereas if you make an impaled foetus on a sword, people will applaud! " It's innovative and non-conformist, and therefore misunderstood. "It was a time when people used to get armour tattoos to scare little old lady in the street. It's a bit of a misplaced virility, and it was never my thing. I don't think you need that to be a respectful human being. »
The trigger came in Germany with the publication of a long interview in Tätovier. A turning point in his life as an artist. "I was asked to come to Germany. I had to borrow money to pay for the trip and when I got there, I had clients who wanted me to tattoo with my style. " From one day to the next he is in great demand in Germany, Austria and Switzerland. Then England and United States came to complete his clientele. It's only been 6 years that he has had clients in France, the demand remaining mostly foreign. 

 


When you ask him where does his minimalist, graphic and poetic style coms from, answer is multiple. Years of promotion in the fax machine's era and fanzines have forged the black and white side that is visible at first glance. Efficiency as the primary objective. For illustrative side, his four children certainly have a responsibility in this art of storytelling. Hours spent at the library with their noses buried in books or hours reading them the evening story before going to sleep. Four-handed drawings are priceless for stimulating creativity.
But don't be fooled by the clean and free lines that may seem easy. "My will is to try to be as sober as possible, which is not the easiest thing to do with a tattoo because you can't erase. You can't hide a line if it's not well done and make it go away. A "pure" line must be as perfect as possible. »
Tattoo's durability is a real subject. People ages, so does skin. Tattoo's legibility is essential and must remain the same. It is also possible to continue a tattoo story, to give it a continuation at the sight of new life events. Each tattoo plays with the person's morphology. Each scar or beauty spot, each colour or skin texture, everything counts.  




Freedom of expression

Craftsman or artist? This eternal question sometimes divides tattoo artists. Lionel is sometimes one, sometimes the other. "I am a craftsman as a tattoo artist because I am at the service of people. I consider myself as a tool. "In front of a client, it's about responsibility and liability. There is no way to put my ego before people's choice and to influence.
On the other hand, "as a painter-plastician, I consider myself an artist as I don't owe anything to anyone and I don't care what people think. It's very different! » 

 


Freedom of expression at its highest point is sought by AGAMFAHY duo. After starting to work together at Lionel's exhibition in Buenos Aires in Argentina in 2017, collaboration continued for another event in Norway. Styles and means of expression fusion was immediately obvious. Embroidery mixes with painting, just as much as music mixes with installations. It doesn't matter who did what.  



To give free rein to their creativity, Lionel and Tal, sound designers, work in their huge workshop in Vendée. More practical than a Parisian flat to paint large formats of three meters high for example.
They tackle political and social themes by creating complete immersions at different levels of reading, depending on age or sensitivity. "Thematics are very political. We're not clairvoyants, but for example we had an exhibition in Paris called "Weaving diffuse violences", about how state can silence you and make you disappear. For us, freedom of expression is very important. » 

 


Although future exhibitions, especially those planned in Tel Aviv, are postponed until better days, this duo has no shortage of projects. They are preparing a double vinyl release containing 50 of Tal's sound creations and a book of 85 black on white silkscreen printed paintings made during the first confinement. This series deals with non-gendered sexuality. "We are working on these cause we think it's extremely important. Especially since we have six children , and we see them growing up and positioning themselves in society. I think it's very complicated to find one's place. »
A retrospective project of 6 years collaboration is also in sight. "I don't think we'll have enough of a lifetime to cover everything. »










 

23.1.21

Article ATC TATTOO / INKERS




 

 Merci Stefayako et Dimitri HKpour cet article! Vous pouvez le lire en intégralité en suivant ce lien!

Thank you Stefayako and Dimitri HK for this article! You can read it here!



HORS DES SENTIERS BATTUS AVEC LIONEL FAHY

Texte : Stefayako / Photos : Slaine Grew, Visuels : Lionel Fahy

Être le mouton noir ne fait pas peur à Lionel Fahy. Son pseudo « Out of step » en clin d’œil à un album de Minor Threat en est la preuve. Lionel Fahy est un artiste en mouvement. Tour à tour musicien, tatoueur, peintre et plasticien, il multiplie les moyens d'expression pour y distiller son énergie artistique. Un style minimaliste et faussement simpliste qui emprunte beaucoup à la poésie enfantine. Nul besoin de le faire entrer dans une case trop étriquée car sa créativité s'épanouit dans la diversité. Co-fondateur et tatoueur résident des Derniers Trappeurs à Paris, il consacre l'autre partie de son temps à son duo artistique AGAMFAHY qu'il forme avec sa femme Tal Agam. Ils associent rêves et voyages pour créer des installations alliant peinture, son et broderie sur fond de sujets de société. 

 


Road trip

La musique a précédé le tatouage dans la carrière de Lionel Fahy, du moins professionnellement. « J’ai commencé à tatouer à la main à 15 ans. J’étais celui qui savait faire des têtes de punk, celui qui tatouait les punks. » S’il a mis le tatouage de côté un temps, c’est pour mieux s’y consacrer plus tard.
Lionel a passé dix ans sur la route avec son groupe de punk Portobello Bones. « C’était difficile car on n’était personne et on faisait un style de musique qui n’était pas très bien accepté au début des années 90. On était dans des grandes utopies de mode de vie. » Il multiplie les rôles : chanteur, guitariste, manager. Il se charge aussi de l’organisation des concerts, du label, de la promotion du groupe dans un fanzine ou une émission de radio. Une vie bien remplie. 

 


« A l’époque, on n’avait pas internet à la maison, c’est quasiment le néolithique. On travaillait avec le téléphone, le fax et on mettait des timbres sur les enveloppes. Il y avait très peu de publications sur le tatouage. Le moindre magazine d’import américain, on regardait à la loupe, on était comme des fous à essayer de comprendre comment on faisait un aigle en couleur ou une tête d’indien. C’est de cette époque-là que je viens. » Le voyage est de ce fait le meilleur moyen de se construire une bonne culture tattoo. On est bien loin de l’ère Instagram avec les artistes du monde entier à portée de main. Grâce à ses tournées de concerts, il va à la rencontre des tatoueurs de chaque ville pour en savoir plus. « Je savais que c’était un métier où on n’était pas les bienvenus. C’était compliqué de trouver du matériel. On te dit que tu ne peux pas, que c’est interdit, que t’as pas le droit. Alors forcément, je veux en être. »
Et c’est justement lors de ses tournées qu’il croise la route de Yann Black. Tous deux passionnés de musique et de tatouage, ils deviennent amis et partagent leurs bonnes pratiques. Yann avait déjà une technique avancée et un trait novateur bien à lui qui a vite trouvé son public. C’est ensuite grâce à Rafto d’Utopia à Poitiers que Lionel est devenu tatoueur professionnel. 

 


L’ouverture des Derniers Trappeurs à Paris avec Roberto Dardini et Adrien Boettger marque un tournant : l’arrêt des voyages pour le tatouage. C’est désormais la seule adresse pour se faire tatouer par Lionel Fahy. Il règne une ambiance familiale et conviviale non feinte dans ce shop. L’amitié qui lie les résidents est palpable pour les clients et offre un espace d’accueil intime, chaleureux et bon enfant. « Avec Roberto, ça doit faire 15 ans qu’on travaille ensemble. On est avant tout de grands amis. Il y a eu l’envie d’avoir un lieu où on se sent vraiment bien. On rêvait d’avoir un endroit à nous. » Les Derniers Trappeurs c’est 210 m² au cœur de Paris et un travail titanesque pour rendre ce lieu accueillant et feutré. Un véritable port d’attache pour ce voyageur invétéré. Un lieu pour travailler dans des conditions optimales et retrouver les amis. 

 


Avoir la liberté de s’exprimer est primordial. Une force et une chance. « Je crois que tout ce que je peux faire en tant qu’être humain, c’est parce qu’on a tous un grand besoin de s’exprimer. On n’a pas tous la chance de pouvoir le faire, on n’est pas forcément écoutés, ou vus. » Ses moyens d’expression sont multiples. Cela passe par le dessin, la peinture ou la musique. Comme une introspection au plus profond de soi. Mais la diversité des voix n’est pas toujours la bienvenue : « c’est très difficile en France d’être accepté en tant que tatoueur, plasticien, musicien et peintre. Ce n’est pas normal. Tu dois forcément être dans une seule et unique case. »
La pluralité a toujours été importante chez les Derniers Trappeurs. Chercher à s’exprimer via l’illustration ou la peinture permet de revenir reboosté au tatouage. Cela libère la créativité et alimente l’imaginaire. La recherche d’autres sources d’énergies dynamise la pratique du tatouage car c’est en sortant de sa zone de confort qu’on peut se renouveler. 

 


La ligne parfaite

Au premier abord, on peut se demander, pourquoi prendre le pseudo « Out of step ». Il raconte « à l’époque où j’avais ma boutique à Nantes, ça s’appelait « Out of step » et ça vient d’un album de Minor Threat, un groupe américain que j’adorais. Ils avaient cette pochette toute débile où tu avais un mouton noir en dehors du troupeau. J’ai trouvé ça bien marrant donc j’ai peint toute la vitrine du shop avec une tondeuse à gazon et des moutons. Cela n’a pas du tout marché, c’était un fiasco ! » Dans sa boutique, pas de catalogue de flashs. Chaque tatouage se doit d’être unique. C’était le deal. Prendre du temps avec le client, connaître son histoire personnelle et la retranscrire ensemble par le dessin. Hors de question de faire du tatouage à la chaîne, cela ne correspond pas à sa vision de la vie et des rapports humains. « Je ne fais pas de dessins pour qu’ils soient reproduits X fois sur la peau des gens, ça ne m’intéresse pas. »
Il faut dire que le style graphique n’a pas toujours été bien accueilli dans l’univers du tatouage. Souvent cité comme un des précurseurs de ce style novateur et affirmé aux côtés de Yann Black, Jean-Luc Navette ou Topsi, Lionel Fahy est arrivé sur la scène tattoo avec un bagage culturel différent des autres tatoueurs de l’époque. Formé en école d’art et nourri aux musées et expositions en tous genres, testant toujours de nouveaux supports d’expression. Un style plus école d’art que biker en somme. 

 


Le chemin vers l’acceptation de ce style a été long et difficile. Il a fallu persévérer, faire de petits boulots alimentaires sans perdre de vue le rêve ultime de vivre un jour de son art. « Je recevais des menaces de gens qui m’écrivaient qu’ils allaient me casser les mains. J’ai même eu des menaces de mort d’une boutique du Texas disant que ce n’était pas du tatouage ! » Cette période compliquée dura environ 8 ans. Il se demande parfois « Mais qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Comment ça se fait que les gens réagissent d’une manière aussi violente alors que je dessine des oiseaux ? Je dessine des choses qui sont relativement douces, il n’y a aucune violence dans ce que je fais. Alors que si tu fais un fœtus empalé sur une épée, les gens vont applaudir ! » C’est novateur et anticonformiste, et donc incompris. « C’était une période où les gens se faisaient tatouer des armures pour faire peur à la petite vieille dans la rue. Une virilité un peu mal placée, et moi ça n’a jamais été mon truc. Je pense que tu n’as pas besoin de ça pour être un être humain respectueux. »
Le déclic s’est fait en Allemagne grâce à la publication d’une longue interview dans Tätovier. Un tournant dans sa vie d’artiste. « On m’a demandé de venir en Allemagne. J’ai dû emprunter pour pouvoir me payer le voyage et quand je suis arrivé là-bas, j’avais des clients qui voulaient que je les tatoue avec mon style. » Du jour au lendemain, il est très demandé en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Puis l’Angleterre et les États-Unis sont venus compléter sa clientèle. Cela ne fait que 6 ans qu’il a des clients en France, la demande restant majoritairement étrangère. 


 

Quand on lui demande d’où vient son style à fois minimaliste, graphique et poétique, la réponse est multiple. Les années de promo à l’ère du fax et des fanzines ont forgé le côté noir et blanc et visible au premier coup d’œil. L’efficacité première comme objectif. Pour le côté illustratif, ses quatre enfants ont certainement une responsabilité dans cet art de raconter des histoires. Des heures passées à la bibliothèque le nez plongé dans les bouquins ou des heures à leur lire l’histoire du soir avant de dormir. Les dessins à quatre mains n’ont pas de prix pour stimuler la créativité.
Mais ne vous fiez pas à ces lignes épurées et libres qui peuvent paraître faciles. « Ma volonté c’est d’essayer d’être le plus sobre possible, ce qui n’est pas le plus simple à faire en tatouage parce que tu ne peux pas gommer. Tu ne peux pas cacher un trait s’il n’est pas bien fait et faire en sorte que ça s’oublie. Un trait « pur » doit être le plus parfait possible. »
La tenue du tatouage dans le temps est un vrai sujet. La personne vieillit, sa peau aussi. La lisibilité du tatouage est essentielle et doit rester la même. Il est également possible de continuer l’histoire d’un tatouage, de lui donner une suite à la vue de nouveaux événements marquants d’une vie. Chaque tatouage joue avec la morphologie de la personne. Chaque cicatrice ou chaque grain de beauté, chaque couleur ou texture de peau, tout compte. 

 


Liberté d’expression

Artisan ou artiste ? L’éternelle question divise parfois les tatoueurs. Lionel est parfois l’un, parfois l’autre. « Je suis artisan en tant que tatoueur parce que je suis au service d’une personne. Je me considère comme un outil. » Face à un client, il est question de responsabilité et de redevabilité. Hors de question de faire passer son égo avant le choix de la personne et de l’influencer.
En revanche, « en tant que peintre-plasticien, je m’estime artiste dans le sens où je ne dois rien à personne et je me fous de ce que les gens pensent. C’est très différent ! »
La liberté d’expression à son point culminant est recherchée par le duo Agamfahy. Après avoir commencé à travailler ensemble lors d’une exposition de Lionel à Buenos Aires en Argentine en 2017, la collaboration s’est poursuivie pour un autre événement en Norvège. La fusion des styles et des moyens d’expression a tout de suite été une évidence. La broderie se mélange à la peinture, autant que la musique se mêle aux installations. Peu importe qui a fait quoi. 

 


Pour laisser libre cours à leur créativité, Lionel et Tal, créatrice sonore, travaillent dans leur immense atelier en Vendée. Plus pratique qu’un appartement parisien pour peindre des grands formats de trois mètres de hauteur par exemple. 

 


Ils abordent des thèmes politiques et sociaux en créant des immersions complètes aux différents niveaux de lecture, en fonction de l’âge ou de la sensibilité. « Les thématiques sont très politiques. On n’est pas des voyants mais par exemple on a eu une exposition à Paris qui s’appelait « Tisser des violences diffuses », sur comment l’Etat peut te faire taire et disparaître. Pour nous c’est super important, la liberté d’expression. »

 



Bien que les expositions à venir, notamment celles prévues à Tel-Aviv, soient reportées en attendant des jours meilleurs, ce duo ne manque pas de projets. Ils préparent la sortie d’un double vinyle abritant 50 créations sonores de Tal et d’un livre de 85 peintures noires sur blanc sérigraphiées réalisées pendant le premier confinement. Cette série porte sur la sexualité non genrée. 

« On travaille sur ces choses qui nous paraissent extrêmement importantes. D’autant plus qu’on a six enfants à deux, et on les voit grandir et se positionner dans la société. Je pense que c’est vraiment très compliqué de trouver sa place. »
Un projet de rétrospective de 6 ans de collaboration se profile également à l’horizon. « Je pense qu’on n’aura pas assez d’une vie pour tout aborder. »